Intervention pompiers en cas d'accidents de véhicules hybrides et électriques

FREDO78

Fun Manager
29/12/17
6 139
4 390
690
54
Avec l'arrivée des véhicules hybrides et électriques, les services de secours (pompiers) sont entraînés pour intervenir en cas d'accidents impliquant ces véhicules. En effet, la présence de la batterie haute tension, d'absence de bruit qui ne permet pas de savoir si le moteur tourne ou non...sont des sources de danger supplémentaire pour les services de secours. Il est vrai que si le conducteur est inconscient et qu'il garde le pied sur le frein, si on n'entend pas le moteur, on ne sait pas s'il tourne toujours. En retirant la personne, on peut créer un sur-accident.

Je poste ci-dessous un article sur une personne qui forme des pompiers sur les spécificités des véhicules hybrides. Je mets aussi une vidéo (assez caricaturale) d'un exercice de pompiers de Saône et Loire. Il y aussi une autre vidéo d'intervention de pompiers sur un véhicule hybride en feu.




La voiture électrique, un danger pour les pompiers (ouest france)



Céline MARTIN.

Susceptibles d'intervenir à tout moment sur un accident impliquant une voiture électrique ou hybride, les pompiers lannionnais apprivoisent les subtilités et dangers des véhicules électriques.

Pourquoi ? Comment ?

Depuis quand les pompiers se penchent sur le fonctionnement des véhicules électriques et hybrides ?

C'est nouveau : il faut dire que ce parc automobile reste encore assez confidentiel. « Il est récent, mais on compte de plus en plus de véhicules de ce type en circulation, relève Cédric Martineau, le chef de centre de Lannion. Dans ces conditions, il devient important pour nous de savoir comment s'y prendre, au cas où on aurait à intervenir dessus. »Accident, désincarcération, véhicule piégé par la marée... Autant d'interventions qui peuvent s'avérer des situations à risque.

En quoi ces véhicules représentent un risque pour les secours ?

C'est justement pour en avoir une idée plus précise que les pompiers se sensibilisent actuellement au sujet, conformément à l'accord passé au niveau national, entre le ministère de l'Intérieur et les constructeurs automobiles français. « Pour vous, ces véhicules comportent un potentiel dangereux : il y a du câble haute tension. Le risque encouru, si vous touchez là où il ne faut pas, c'est l'électrocution », leur lance d'emblée, Mickaël Guégan.

Cet expert Zéro émission (ZE), au garage Renault Bodemer, à Lannion, a le mérite d'être clair... et de renforcer l'attention de son public. Ce mardi, c'est lui qui fait office de guide auprès des sapeurs-pompiers. De façon schématique, il décortique le mécanisme du véhicule électrique, détaille la marche à suivre pour neutraliser le système électrique, et devance les questions : « Pour éviter les problèmes, vous devez analyser la situation. Quand il y a du danger dans l'air, il y a des signes à savoir interpréter ».

Outre l'électrocution, que risquent les pompiers ?

« Un crépitement pourra vous mettre sur la piste d'une batterie qui a été endommagée lors de l'accident. Et là, le risque, c'est que ça s'enflamme, poursuit Mickaël Guégan. Car le mélange des composants chimiques peut générer une combustion. » Que faire, dans ces cas-là, à part prendre ses jambes à son cou ? « Refroidir en arrosant abondamment. » Et qu'est-ce qui se passe quand une voiture électrique se fait surprendre par la marée ? « Rien. »

Rassurés ou effrayés, les pompiers ?

Au sortir de cette « information » auprès de l'expert, les pompiers professionnels se disent « plutôt rassurés » par la pratique. Avec l'impression d'y voir plus clair, en ayant « identifié les zones dangereuses ». Après eux, viendra le tour des pompiers volontaires. Afin que tout le monde partage le même niveau d'information. « En contrepartie de cet échange, nous à la caserne de Lannion, on s'est engagé à former le personnel du garage à l'usage du défibrillateur, ajoute Cédric Martineau. C'est un échange de bons procédés ! »

Électrisé, le marché de l'électrique ?

Le Syndicat départemental de l'énergie va installer 133 nouvelles bornes cette année dans le département, où le nombre total de voitures électriques en service est inconnu. « Au garage, on voit néanmoins que l'usage se répand peu à peu, observe Mickaël Guéga. Avant, elles appartenaient exclusivement à des particuliers. Puis de grandes entreprises ont commencé à s'équiper. Et aujourd'hui, on voit de petites sociétés faire ce choix, comme dans le secteur du portage de repas à domicile ».