[Economie] Pourquoi les Français sont particulièrement enclins à redouter l’apocalypse?

Hortevin

Administrateur HybridLife
Membre du personnel
7/4/14
7 131
6 293
790
33
Fontenay le Fleury
65 % des Français croient à la thèse d’un effondrement de notre civilisation dans les prochaines années, selon une enquête IFOP pour la Fondation Jean Jaurès. Le journaliste et essayiste Jean-Laurent Cassely analyse ces résultats.

https://www.lefigaro.fr/vox/societe/pourquoi-les-francais-sont-particulierement-enclins-a-redouter-l-apocalypse-20200211


Il faut d’abord souligner que 32% des sondés pensent que l’effondrement ne sera ni soudain ni monocausal mais prendra la forme d’une dégradation progressive des conditions de vie actuelles. 27% pensent que l’effondrement aura pour cause les conséquences du réchauffement. Mais un groupe substantiel pense que l’effondrement aura lieu sous la forme d’un chaos sécuritaire dû soit des vagues migratoires incontrôlées (15%) ou à une guerre civile (14%). Cela est particulièrement fort en France.

Le portrait-robot du collapsologue médiatique, c’est un jeune très éduqué, à la culture scientifique très développée, un militant écolo parti vivre dans la Drôme. En réalité, on se rend compte grâce à ce sondage que ceux qui croient le plus spontanément à la thèse de l’effondrement sont plutôt des catégories de revenus modestes. Ainsi 73% des sans-diplôme croient à la théorie de l’effondrement. Si on regarde par ventilation politique, on voit sans surprise que les effondristes appartiennent aux partis politiques protestataires et radicaux comme le RN ou la France insoumise, les macronistes constituant la catégorie la plus sceptique.
 

ziocar

Membre HybridLife Confirmé
7/1/20
136
79
290
52
Podenzana (Italy)
J'ai lu l'article et je n'ai pas été surpris que 2 personnes sur 3 soient pessimistes et je le comprends, au moins en Italie nous changeons les politiciens, les managers, les administrateurs, etc. mais pour les gens rien ne change.
Les grandes télévisions et les journaux ne parlent que de scandales politiques, de criminels qui sont sauvés et ne disent pas que des milliers de personnes qui se portent volontaires, qui s'engagent à améliorer la vie des autres, le pessimisme est également induit par cela.
Je ne sais pas chez vous mais ici les programmes télévisés exaltent les footballeurs qui gagnent des millions d'euros, les filles qui montrent leur c..l mais ont deux neurones, les personnages ambigus entre délinquance et drogue (ça fait plus de bruit) mais le jeune chercheur scientifique, la personne qui met sa vie en danger pour les autres ou simplement un bon gars, n'entre pas dans les actualités, avec ces prérogatives on peut penser à l'avenir ?
Je ne suis pas si pessimiste mais il est vrai qu'il faut se réveiller et surtout apprendre à nos enfants le sacrifice, l'honnêteté, l'amour pour le prochain, il faut leur faire comprendre qu'avoir le téléphone portable de dernière génération, la robe de designer, etc. ne sert à rien, que l'avenir est entre leurs mains, que la seule valeur qui compte vraiment n'est pas celle des choses mais celle des personnes.
 
Dernière édition:

nhl1967

Membre HybridLife Confirmé
25/4/14
1 398
518
690
Franconville, 95 Val d'Oise
Ce qui est sûr c'est que la civilisation telle que nous la connaissons et plus globalement l'homme, disparaîtra un jour ... :rolleyes: mais quand c'est plus difficile à dire :mrgreen:
 

Helvetoy

Membre HybridLife Confirmé
3/5/17
190
143
290
44
Berne
Tout dépend de ce que l'on entend par dans "les prochaines années" et par "effondrement"

Des changements dans les 10-20 ans sont probables (climat, pollution, retraite, coûts de la santé...), mais de la à parler d'effondrement?

Sinon, la vie aura disparu sur Terre dans environ 500 millions d'années - 1 milliards d'années...
 

Pulsar_76

Membre HybridLife Confirmé
1/3/18
1 862
736
690
Mont Saint Aignan
Excellente analyse , mais je crois que le résultat dépend fortement des questions posées, leur tournures, les sous entendu, etc.. qui peuvent changer d'un pays à l'autre. De plus nous n'avons pas tous la même culture et nous interprétons simplement différemment les faits!! :penguin:
 
  • Like
Reactions: ziocar

Pahtath

Tubercule non comestible
30/10/19
284
150
390
39
Le Versoud
Le problème est qu'on entend beaucoup parler de collapsologie dans notre pays avec certains politiques et personnages publiques qui se sont emparés de ce sujet tout en le nommant -logie alors que ce n'est absolument pas une science mais plutôt un courant d'opinion.

Mais bon, vu l'état actuel de la defiance dans les sciences, on n'est pas à un raccourci près...
 

Camtôa

Membre HybridLife Confirmé
26/9/17
1 223
561
690
35
Villefontaine
Il y a des choses qui accelerent nettement niveau climatique et episodes meteo, sismo etc.
Des choses qui stagnent tres nettement aussi, niveau conso, socio, acquis
Des choses qui regressent doucement mais surement, droits, qi (voir sujets sur le cretinisme cause pollution et exposition aux ecrans), sante
Des gens qui fuient de plus en plus leurs pays deja difficile auparavant
Des virus qui bouchent l'economie, du permafrost qui va en chier bien d'autres

Le tout cumulé tend a l'effet boule de neige, avec un sentiment (celui des collapsologues malheureux* ) d'inertie façon oeil du cyclone...

Bref, sur quel pied danser?

* j'entends par collapsologue malheureux celui qui ne le souhaite pas (au hasard yves cochet), contrairement a des groupes de gens, violents, type extreme droite, qui n'attendent que ça... Alain Soral et ses groupes de survivaliste qui preparent sagement la(leur) guerre...
 

FLYER34

Membre HybridLife Confirmé
12/3/16
1 028
567
690
69
Et si on s'amuse à calquer les chiffres du chômage sur celle des "effondristes" ?
 

Hortevin

Administrateur HybridLife
Membre du personnel
7/4/14
7 131
6 293
790
33
Fontenay le Fleury
En même temps, ceux qui se sont préparés à l'effondrement du monde, espèrent que ça arrive, pour tester leur dispositif.

J'ai bien vu ça dans la série des documentaires "Apocalypse Family" :
 

Pahtath

Tubercule non comestible
30/10/19
284
150
390
39
Le Versoud
Le tout cumulé tend a l'effet boule de neige, avec un sentiment (celui des collapsologues malheureux* ) d'inertie façon oeil du cyclone...

Bref, sur quel pied danser?
Il convient de distinguer deux choses très différentes :
- le dérèglement climatique, qui a été prouvé scientifiquement
- l'effondrement de notre civilisation à cause de bouleversements climatiques et sociaux résultants, qui repose sur des hypothèses en sciences humaines qui ne sont pas encore prouvées scientifiquement

A l'inverse du courant collapsologue, incarné par P. Servigne, A. Barrau et Y. Cochet (qui au passage, malgré tout le respect que je leur dois, ne sont pas des sociologues ou ethnologues), il y a aussi d'autres courants qui croient en une théorie résiliente. Je ne dis pas qu'un courant d'opinions est plus pertinent qu'un autre, mais il convient avant tout d'avoir une démarche d'observation factuelle.

Changer ses habitudes pour sauver les meubles du climat, c'est dejà excellent. Pas besoin de sombrer dans le catacyclisme, du moins tant qu'il n'est pas scientifiquement prouvé.
 

Grigou

Membre HybridLife Confirmé
16/9/15
4 904
3 347
690
65
- le dérèglement climatique, qui a été prouvé scientifiquement
Le réchauffement climatique est prouvé et c'était assez facile en étudiant les courbes (je schématise bien sûr), mais veux-tu dire que le fait que c'est la faute de l'humanité est également prouvé ?
Ce serait une bonne nouvelle, en tout cas je n'étais pas au courant.
 

Pahtath

Tubercule non comestible
30/10/19
284
150
390
39
Le Versoud
mais veux-tu dire que le fait que c'est la faute de l'humanité est également prouvé ?
D'un point de vue scientifique, nous allons appeler ceci des faisceaux de suspicion. L'activité humaine contribue au dérèglement climatique (je préfère ce terme au celui trop simpliste de "réchauffement"), c'est certain. Ce qui est cependant encore à démontrer, et à ma connaissance (limitée, je ne suis pas un expert du GIEC), c'est le fait de dire que l'activité humaine est la cause primaire et unique.

Maintenant, une chose est sûre, nous avons contribué à bousiller notre planète, et nous pouvons donc aussi contribuer à améliorer son climat en faisant attention à notre production de carbone.
(Bon, ca n'empêche pas aussi de surveiller nos consommations de particules fines, mais c'est un autre sujet).
 

Grigou

Membre HybridLife Confirmé
16/9/15
4 904
3 347
690
65
C'est bien ce qu'il me semblait ... sinon on aurait déjà fait taire les négationnistes du genre Trump.
Soit dit en passant je préfère quant à moi le terme réchauffement qui n'est pas si simpliste, car c'est bien de cela dont il s'agit. C'est d'ailleurs en termes de température qu'on évoque les ères glaciaires ou tempérées...
Et c'est bien le réchauffement global qui entraine un dérèglement, ce qui ne veut pas dire que ça se réchauffe partout bien sûr.
 

Ravichou

Membre HybridLife Confirmé
3/7/19
58
55
190
30
Il convient de distinguer deux choses très différentes :
- le dérèglement climatique, qui a été prouvé scientifiquement
- l'effondrement de notre civilisation à cause de bouleversements climatiques et sociaux résultants, qui repose sur des hypothèses en sciences humaines qui ne sont pas encore prouvées scientifiquement
Il manque la notion de ressources et d'énergie ici.
L'effondrement de notre civilisation, tel que je l'ai compris, prendrait plutôt place dans un monde dont le climat subirait des bouleversements climatiques importants, rapides, dont l'ensemble des conséquences est impossible à prédire, et dans lequel l'adaptation serait rendue beaucoup plus difficile par la raréfaction des ressources disponibles et de l'énergie facile.
Pour moi, la prochaine crise sera une crise énergétique. Pic pétrolier passé en 2008, baisse de la production en Europe, les shale oils américains servent d'amortisseurs mais ne sont pas éternels... on est dans la phase descendante de la production de pétrole. Pour l'instant, la production reste supérieure à la demande...
 

Pahtath

Tubercule non comestible
30/10/19
284
150
390
39
Le Versoud
Il manque la notion de ressources et d'énergie ici.
L'effondrement de notre civilisation, tel que je l'ai compris, prendrait plutôt place dans un monde dont le climat subirait des bouleversements climatiques importants, rapides, dont l'ensemble des conséquences est impossible à prédire, et dans lequel l'adaptation serait rendue beaucoup plus difficile par la raréfaction des ressources disponibles et de l'énergie facile.
Pour moi, la prochaine crise sera une crise énergétique. Pic pétrolier passé en 2008, baisse de la production en Europe, les shale oils américains servent d'amortisseurs mais ne sont pas éternels... on est dans la phase descendante de la production de pétrole. Pour l'instant, la production reste supérieure à la demande...
Je sais que c'est un des prédicats de la collapsologie (raréfaction des ressources) pour projeter un effondrement des civilisations.
Cependant, ce prédicat repose sur une continuation des modes de consommation actuels. Or, force est de constater que l'autosuffisance énergétique est en train de devenir un point crucial, sur lequel la France a des possibilités d'adaptation. Ce qui n'est pas clair, c'est sous quelle forme l'adaptation doit avoir lieu...
 

Ravichou

Membre HybridLife Confirmé
3/7/19
58
55
190
30
...ni si cette adaptation sera suffisante pour empêcher un effondrement.
Même si demain la France s'adaptait et devenait vertueuse, on reste une goutte d'eau démographique sur Terre. Et bonjour la pression migratoire dans un monde où les conditions climatiques changeront plus vite que les capacités d'adaptation des humains.

Je ne l'étais pas, mais je deviens de plus en plus sceptique vis-a-vis de notre volonté et de notre capacité collective à nous adapter. Je fais ce que je peux à mon niveau, mais quand je vois par exemple des proches justifier leur comportement de consommateur effréné par le fait qu'il y a toujours pire qu'eux, j'ai du mal à ne pas être pessimiste. Ça ne m'empêche pas de continuer à faire ce que je peux.
 

FLYER34

Membre HybridLife Confirmé
12/3/16
1 028
567
690
69
Pic pétrolier passé en 2008....
Non, même pour les pétroles conventionnels : la production était plus forte en 2016 qu'en 2007.

.... les shale oils américains servent d'amortisseurs mais ne sont pas éternels...
Il y en a quand même pour un bon bout de temps :
PeakOil_001.jpg


(flemme de traduire, gogol est votre ami).


Pour l'instant, la production reste supérieure à la demande...
Toutafé. (En réalité, la production potentielle est supérieure à la demande.)
Comme indiqué ci-dessus, (et contrairement à ce qu'affirmait, vers 2007, un polytechnicien bien connu), le pétrole n'est pas une "question de quantité", c'est un "marché" gouverné par l'offre et la demande.

Espérer sortir du pétrole par disparition de l'offre c'est croire que l'humanité est sortie de l'âge de pierre par manque de cailloux.
 
Dernière édition:

Hortevin

Administrateur HybridLife
Membre du personnel
7/4/14
7 131
6 293
790
33
Fontenay le Fleury
L'utilisation du pétrole et du gaz est loin de terminée.

L'autre jour j'ai interviewé un expert dans ce secteur, il m'explique que, l'industrie utilise de moins en moins le pétrole, parce qu'il devient aujourd'hui de plus en plus difficile, point de vue écologique, d'exploiter les produits résiduels (=plastique...etc) ; mais l'utilisation du gaz va se faire de plus en plus, surtout dans les pays émergents.

L'offre n'est pas du tout le problème. Là je vais parler des projets de Total.

Au niveau du gaz, on est en train d'exploiter les nouveaux champs en Sibérie, comme Yamal LNG, et Artic LNG 2.
Chaque projet c'est des dizaines de milliard d'investissement. Je vous laisse imaginer la quantité.


Au niveau du pétrole, avec les nouvelles technologies, on est capable d'aller exploiter du pétrole à 1950 mètres de profondeur.
Avec le projet Kaombo, on parle d'une réserve de 658 million barils, soit 230 000 barils par jour.


Donc pour le moment, il n'y a pas "d'inquiétude" sur la raréfaction des ressources dans ce domaine.