[Fait Divers] Quantino Nanoflow : 1000 km en 8 heures 21 minutes

Filou

Membre HybridLife Confirmé
22/4/16
281
140
390
47
Lorient (56)
Bonjour à tous,

Je suis tombé sur cet article aujourd'hui (je rassure tout le monde, je ne me suis pas fait mal :depressed:).
Quantino nanoFlowcell électrique: 1000km en 8heures 21minutes

quantino-2.jpg

J'avais déjà entendu parler de la marque Quant mais je ne me suis pas trop intéressé pour le moment à leur technologie. En tout cas, question design automobile, ils n'ont rien à envier aux autres constructeurs.

Ce qui est par contre fort intéressant, c'est le résultat de cet "essai". Je mets des guillemets car je ne trouve pas pour le moment d'éléments plus détaillés concernant cet essai : d'où à où, les conditions, etc.
Mais déjà, plus de 1000 kms en 8h20, soit environ 83 kms/h de moyenne si je ne me trompe pas !

Comme il y a des membres du forum plutôt avertis en matière de technologie hybride ou électrique, peut-être pouvez-vous nous éclairer sur le travail de Quant ?

Merci :)
 

Hortevin

Administrateur HybridLife
Membre du personnel
7/4/14
7 406
6 543
790
33
Fontenay le Fleury
Je crois que c'est une sorte de voiture pile à combustible, mais au lieu d'avoir de l'hydrogène, on a de l'eau salée.


NanoFlowcell, l’énergie alternative du futur ?

L'inconvénient majeure c'est la taille des deux réservoirs (175 litres chacun), et ce n'est pas du sel normal, c'est du sel métallique.
Je ne sais donc pas si ça coûte très très cher les pleins???
 

ThierryH

Membre HybridLife Confirmé
26/2/17
1 169
677
690
57
Beauvais
En fait, il s'agit d'une réaction d'oxydoréduction. Dans un réservoir, on a des ions positifs et dans l'autre, des ions négatifs. Quant on les met en contact à travers une membrane, ça produit de l'électricité, comme dans une pile. La quantité d'électricité stockée est relativement faible (10 à 20 Wh par kg).

Il existe deux moyens pour recharger :
- une charge lente sur une prise de courant.
- une vidange des liquides pour les remplacer par des liquides chargés au préalable.

Donc, on recharge tranquillement toutes les nuits sur une prise de courant où bien, lors de longs trajets, on vidange et remplit les réservoirs en quelques minutes dans une station service.

Pour plus d'infos (Wikipedia).
 

Remundo

Membre HybridLife Confirmé
24/12/16
648
425
690
40
CLERMONT FERRAND
sycomoreen.free.fr
Quant est très très discret sur sa technologie...

En complément, la Quant et le Quantino utiliseraient la technologie des batteries Rédox Vanadium flow batteries (batteries Vanadium à électrolyte en écoulement.

Elle exploite 4 états d'oxydation possibles du Vanadium pour séparer 2 électrolytes totalement remplaçables, isolés par une membrane à "diffusion de protons" (H+), car il faut que les 2 liquides "se refilent" uniquement des H3O+ pour assurer l'oxydoréduction, les électrons étant capté sur le circuit électrique.



Cette technologie (qui n'a jamais vraiment percé) a été développée au départ pour les applications stationnaires de stockage électrique, dans l'idée particulière de lisser des production EnR intermittentes...

Puis Quant a eu l'idée de se servir des 2 liquides électrolytiques comme "une sorte de carburant"

La page Wikipedia Allemande est la plus technique

(Laden : Charge, Entladen : décharge)





Car toute l'énergie est dans ces 2 liquides électrolytiques ; on peut donc se permettre de vidanger une électrolyte déchargée pour la remplacer par une électrolyte régénérée dans une usine / station.

Il n'y a pas à ma connaissance d'autres techniques à partir du Vanadium en batteries à écoulement.

Du côté de l'anode : le couple rédox (VO2)+ / (VO)2+ où le Vanadium est respectivement à + V et +IV en nombre d'oxydation.

Du côté de la cathode : le couple rédox V3+/V2+ où le Vanadium est respectivement à +III et +II en nombre d'oxydation.

Chaque demi-équation rédox met en jeu un électron qui transite sur le câble électrique.

Cela nécessite la migration d'un proton à travers cette fameuse membrane, et c'est là le point faible des batteries rédox vanadium selon la littérature.