Question assurance tous risques...

yarissou

Membre HybridLife
13/11/19
12
0
60
37
Bonjour,

Lorsque l'ont est assuré tous risques et sans franchise, au moindre impact sur le véhicule, éraflure, choc minime le déclarez vous systématiquement à votre assureur ??

j'explique la raison de ma question : quel intérêt un assureur a, à vous assurer sachant qu'au moindre pépin (non responsable) vous lui couterez plus cher que votre cotisation annuelle ?

est ce que le fait de déclarer ces sinistre augmente votre cotisation/malus ?

Merci pour vos éclaircissements.
 

FREDO78

Fun Manager
29/12/17
4 112
3 194
690
52
Ne t'inquiète pas pour les assurances, si elles perdaient de l'argent, elles fermeraient boutique. Elles font tout un tas de calculs de probabilités quand elles assurent des clients. Elles font appel à la loi des grands nombres. Tous les assurés n'ont pas des accidents en même temps. Les risques sont répartis.

Ce qu'elles vont dépenser pour te rembourser, elles vont le récupérer chez d'autres assurés qui ne déclareront aucun sinistre et qui paieront malgré tout leurs cotisations.

SI tu n'es pas responsable, tu n'as pas à payer. Toutefois, les assurances ont mis en place des systèmes pour traiter les litiges de manière plus rapide et plus simple pour elles :


Conventions IRSA et IDA : comprendre leur fonctionnement
Dans le but de simplifier et d'accélérer les procédures d'indemnisation en matière de sinistre automobile, les assureurs ont mis en place la convention IRSA et son complément la convention IDA. Avec ce dispositif, c'est votre assureur qui vous indemnise même lorsque vous n'êtes pas responsable de l'accident.


IRSA et IDA : dans quels cas s’appliquent-elles ?
Cet accord entre les compagnies d’assurances a pour objectif de standardiser le règlement des sinistres au travers d’un barème regroupant l’essentiel des situations.
Les conventions IRSA (Indemnisation règlement des sinistres automobiles) – IDA (Indemnisation directe de l’assuré) fonctionnent dès lors que deux véhicules terrestres à moteur sont impliqués dans un accident et sous réserve que les dommages soient uniquement matériels.
Comment fonctionne la convention ?
L’application du « recours direct » fonctionne en plusieurs étapes :

  1. Vous déclarez le sinistre tout en fournissant le constat amiable à votre assureur.
  2. L’assureur compare le constat amiable avec le barème IRSA-IDA et détermine unilatéralement la responsabilité (sans consulter l’assureur adverse).
  3. Même en cas d’accident non responsable, c’est votre assureur qui vous propose un montant d’indemnisation. Vous pouvez refuser cette offre.
  4. Si vous acceptez l’offre, l’assureur vous verse le montant de l’indemnisation.
Si pour vous le sinistre est réglé, il en est autrement pour votre assureur. Celui-ci va en effet former un recours à l’encontre de l’assureur adverse, ce toujours dans le cadre de la convention IRSA. Ce recours a pour finalité de demander à l’assureur du responsable de l’accident de couvrir tout ou partie de la somme indemnisée.
Deux modes de recours : forfaitaire et réel
Dans la convention IRSA, le dédommagement est effectué soit forfaitairement, soit sur le montant réel de l’indemnisation. L’activation d’un de ces deux modes est fixée en fonction du montant des dommages. Le mode forfaitaire est celui appliqué pour les dommages inférieurs au plafond de 6500 €. Dans ce cas, le forfait à la charge de l’assureur adverse est de 1 420 €. Au-dessus du plafond, le recours s’effectue en mode réel.
Pour mieux comprendre, voici deux exemples de prise en charge pour un sinistre dont vous n’êtes pas responsable :

  • Cas n° 1 – Montant des dommages 3 500 €
L’assureur vous indemnise à hauteur de 3 500 €
Il fait ensuite un recours forfaitaire auprès de l’assureur adverse d’un montant de 1 420 €
Votre assureur débourse donc 3 500 € – 1 420 € = 2 080 € alors que vous n’êtes pas responsable du sinistre.

  • Cas n° 2 – Montant des dommages 8 200 €
Le montant des dommages dépassant le plafond de 6 500 €, le recours de votre assureur est cette fois en mode réel et l’assureur adverse devra donc lui verser l’intégralité des 8 200 €.
Si la convention IDA a, au départ, une intention louable pour les assurés, on voit qu’elle peut être lourde pour les assureurs. Cela peut mener votre assurance à ne plus vouloir de vous alors que vous n’avez que des sinistres non-responsables (mais en dessous du plafond de 6500 €).
Le conseil d'Hervé !

Le conseil d'Hervé !
Compte tenu du fait que l’usage de la convention IDA peut se retourner contre vous, il peut être judicieux, soit de la refuser, en envoyant un courrier à votre assureur, soit de la contourner en attaquant directement le tiers responsable et son assureur, sans passer par votre assurance.
 
  • Wow
Reactions: Chti73

yarissou

Membre HybridLife
13/11/19
12
0
60
37
Si la convention IDA a, au départ, une intention louable pour les assurés, on voit qu’elle peut être lourde pour les assureurs. Cela peut mener votre assurance à ne plus vouloir de vous alors que vous n’avez que des sinistres non-responsables (mais en dessous du plafond de 6500 €).
ah ben voila il me semble bien que cela ne fait pas leur affaire... après comme tu dis ils jouent sur le nombre...par exemple moi je suis bon client 19 ans d'assurance sans aucun sinistre responsable ! juste une réparation d'impact pare brise
 

FREDO78

Fun Manager
29/12/17
4 112
3 194
690
52
Exact, ils regardent au final combien tu leur coûtes. Et tu peux leur coûter même en étant jamais responsable du fait de ces conventions.
 
  • Wow
Reactions: Chti73