[Economie] Réduire la consommation des ressources : vos propositions et réflexions pour notre avenir

Chti73

Membre HybridLife Confirmé
30/6/18
635
587
690
Je crée cette conversation ici parce que nous sommes dans la section "Le Développement Durable au Quotidien / Discutons sur comment vivre autrement!" qui me semble la plus adaptée; j'aurais pu choisir les "Discussions du bar", aussi je laisse les modos corriger si nécessaire. De même en ce qui concerne le contenu de cette intro ...


Suite à de nombreux échanges, notamment avec Christophe, nous avons constaté que le sujet de la réduction de notre consommation ne semble jamais être abordé dans les topics relatifs à des questions "techniques" (production d'énergie, efficience énergétique des véhicules et des constructions, développement des mobilités alternatives "douces" (électrifiées ou non), accroissement des ENR, ...

J'ouvre donc ce fil pour permettre à Christophe (dédicace spéciale, avec le :) ) et à tous les participants de venir exprimer leurs idées, remarques et propositions sur ce thème.

J'ai ramené ici quelques citations qui ont alimenté ma réflexion sur l'utilité de ce poste (que personne ne se sente mis en cause, je les ai choisi car elles me semblent représentatives d'un questionnement assez partagé):

Déjà encourager la bagnole en ville, je ne crois pas que ce soit l'avenir, surtout avec ces niveaux de puissance.
Ensuite il faut revenir sur Terre, j'ai l'impression qu'on a perdu toute mesure en ce qui concerne l'utilisation de l'énergie, on parle de centaines de kW comme on parlerait d'une bête ampoule à filament (et à côté de ça on met des led dans les toilettes).
On parle de bornes de 200kW (200kW c'est par exemple 2t d'eau qui tombent de 10m chaque seconde)comme si c'était de simples machines à café et qu' il n'y avait rien derrière... Oui, ça craint pour le réseau et la production. Je me doute qu'on va les adapter mais :
  • à quel prix
  • est-ce que c'est là qu'il faut mettre du pognon ?
  • qui va payer ?
D'autre part effectivement je crains que plus on augmente la demande en électricité, tant en puissance qu'en consommation, que moins on pourra augmenter la part des énergies renouvelables.
Mais je suis hors sujet, même si Tesla me paraît emblématique de cette dérive (bien que j'en essayerais une volontiers car ce sont de beaux jouets...).
@Hortevin
Et qu'ils raisonnent avec des "scénarios business as usual", où la consommation d'électricité continue d'augmenter, dans un monde où on gaspille de l'électricité avec de l'effet Joule pour chauffer des passoires énergétiques (et où on a besoin de 15-20kWh électrique pour faire parcourir 100km à 70kg parce qu'il faut pas déconner on va quand même pas se baisser pour monter dans une voiture de moins de 200kW) ... Il est vrai que si on continue à augmenter les besoins, les renouvelables n'y peuvent pas grand chose.

1)Réduire les besoin.
2)Améliorer l'efficacité.
3)Et là on peut vraiment augmenter la part ENR (et la mobilité électrique d'origine renouvelable).

Je ne comprends pas pourquoi tu dis que le PV en autoconso n'est pas efficient : il produit, est consommé sur place et le surplus file dans le réseau...
Pour limiter les dégats, on peut déjà consommer moins d'énergie... Rhooo on y avait pas pensé !

Et là, on pourra augmenter la part d'enr plutôt que "There Is No Alternative que ma grosse centrale" ou "va y avoir la fusion alors ça va le faire" ou que sais-je encore.
Mais ça, pas question, mon mode de vie n'est pas négociable.
Pourtant, on peut moins consommer d'énergie sans grosse concession au confort et à la modernité, ça s'appelle l'efficacité énergétique.

1) Réduire les besoins.
2) Efficacité énergétique.
3) Energies renouvelables.

Cf Négawatt
AREVA paie mieux en heures de nuits ?:mrgreen-48:
Blague à part, tout ce que je peux te dire que ça ne part pas en vrille avec un débat stérile autour du nucléaire.

Plutôt que de s'écharper sur :

la solution c'est le nucléaire
ou
la solution c'est les enr

Il prend le problème à la base :

On doit consommer moins et mieux (ce qui est pas super populaire sur un forum de bagnoleux:muted:).

Il ne mâche pas ses mots, et en même temps, fait preuve d'humilité (pas d'argument d'autorité). Mais pas d'optimisme devenu selon lui de l'aveuglement ou du déni à ce stade.
Puisque le confort est en jeu, inutile de discuter d'énergie, notre mode de vie n'est pas négociable.
Fermez le ban.

Je me vois bien expliquer à mes gosses que j'utilisais de quoi chauffer un logement pour ne pas me geler les mimines quand je prenais ma wouature le matin
:mrgreen-48:


Histoire d'être constructif :

Mais peut-être y a t-il d'autres solution pour préchauffer, programmer ou que sais-je...

Ceci dit j'ai trouvé ça, et effectivement le cas du Québec est intéressant :
https://www.senat.fr/rap/r13-463/r13-4631.html
Mais nullement transposable ailleurs...

Quelqu'un sait comment sont utilisés ces préchauffeurs ? 1h ? h24 ? J'imagine que ça doit dépendre du prix de l'élec...

Si l'élec est pas chère, abondante et renouvelable au Québec, et que de toutes façon le froid diminue les perf du thermique pur ou hybride aussi, est-ce que ça ne rendrait pas un hybride rechargeable ou un électrique plus intéressant au global ? Selon la typologie des trajets...
Sachant que ces véhicules sont équipés de pompes à chaleur, pouvant peut-être préchauffer l'habitacle avant utilisation avec moins de gaspillage que l'effet Joule...
A condition que les pompes à chaleur qui équipent les véhicules fonctionnent correctement par grand froid, ce que j'ignore.
Je suis d'accord avec cette dernière remarque, si on ne veut/peut pas augmenter la production, quelles sont les pistes applicables (on parle de "concrètement", donc acceptable assez rapidement par la population, une fois clairement posés les enjeux) ?

De la même façon, on pourrait ouvrir un topic dédié à "Quelles conséquences tirer des difficultés constatées dans la transition énergétique de l'Allemagne" ...
Vouloir parler de production sans parler de consommation est justement ce qui permet de réduire les ENR à un truc anecdotique pour bobo perdus dans les ordres de grandeur. C'est bien commode !

Avec nos consos actuelles, non on a pas de solution non fortement émissive pour se passer de nucléaire pour l'élec.
Mais s'il s'agit là d'une fraction non négligeable de notre conso d'énergie primaire globale ici en France, cette question du nucléaire n'est qu'une fraction anecdotique de l'énergie primaire consommée au niveau mondial...

https://www.statistiques.developpement-durable.gouv.fr/sites/default/files/2018-10/datalab-43-chiffres-cles-de-l-energie-edition-_2018-septembre2018.pdf
https://www.planetoscope.com/Source-d-energie/229-consommation-mondiale-d-energie-en-tep-.html

Tant qu'on reste bloqués sur le nucléaire, dont il faudra AUSSI se passer un jour comme des énergies fossiles on ne parle pas des choses sérieuses : la consommation d'énergie... Mais pas touche !
Mais, c'est quand même ahurissant cette volonté d'évacuer toute allusion à une moindre consommation de ressources :

On sait qu'on consomme plus de ressources et d'énergie que ce qui est soutenable.
  • Pour les prochaines générations.
  • Pour une répartition plus équitable au niveau mondial.
Sinon on peut s'enfermer dans le déni... ou le scientisme (si si la fusion elle arrive ça va passer ça va passer ça va passer...).

Le réalisme/pragmatisme n'est pas là où il prétend être.
https://negawatt.org/IMG/pdf/synthese_scenario-negawatt_2017-2050.pdf

La liberté de consommer ai-je lu plus haut ? Oui, mais la liberté des uns s'arrête là où commence celle des autres, c'est à dire celles de ceux qu'on doit maintenir sous dictature corrompue et environnement saccagé pour payer cette "liberté".

Le réalisme : moins utiliser de ressources tant qu'on a des leviers (réglementation/accompagnement de ceux qui n'ont pas le choix, taxation) sinon ce sera imposé de façon bien plus brutale par une situation de pénurie qui tournera fatalement en conflit armé et dictature, et il ne faut pas croire qu'on y échappera, 80ans en arrière c'est tout près, on a la mémoire courte. Très courte.
Je ne remets pas en cause les remarques et opinions ci-dessus, même si je n'y adhère pas toujours pleinement (et pas de façon aussi affirmée). Elles me paraissent de bon sens.

Ma question personnelle sur ce thème:

OUI, mais COMMENT inciter les populations (pas que la France ou l'Europe: le problème est planétaire) à réduire leur consommation des ressources, alors mêle que tous les peuples aspirent au "développement" ?

Aujourd'hui, si on souhaite mettre en oeuvre une telle modification de nos comportements, je crains sérieusement qu'on se heurte rapidement à des résistances populaires qui pourraient déboucher sur des politiques rapidement coercitives / contraignantes.

Le débat est ouvert pour proposer des alternatives, de préférence applicables dans des délais raisonnables, tout en préservant les libertés fondamentales de chacun.

Merci à Christophe et FoLuxo pour m'avoir donné l'idée d'ouvrir ce topic !
 
  • Like
Reactions: FoLuxo

FoLuxo

Silence, on roule !
Membre du personnel
30/6/14
3 729
3 494
790
38
Luxembourg
Le sujet des ressources en général est trop vaste pour moi, je vais me « restreindre » à celui de l’énergie qui est déjà assez compliqué.

Il y a deux phénomènes en jeu :
- l’augmentation quasiment géométrique du nombre de bonshommes sur la planète
- l’augmentation arithmétique de la consommation moyenne d’énergie par bonhomme.

La composée des deux fait que la croissance de consommation d’énergie dans le monde est absolument phénoménale depuis en gros 1900. Au début on a alimenté cette croissance avec du charbon, ensuite avec du pétrole, puis on a pensé que le nucléaire (fusion et peut être un jour fission - EDIT : c’est l’inverse bien sûr) sera la solution, mais ça n’a pas pris aussi bien. Et on se retrouve dans une sorte de cul de sac - on comprend qu’on ne peut plus continuer comme jusque là, principalement à cause du réchauffement climatique.

Le drame est que cette population toujours plus nombreuse n’a pas l’air de vouloir diminuer sa consommation - globalement chacun considère que son utilisation, quelle qu’elle soit, est un BESOIN. Les paysans asiatiques accédant à une mobylette seraient d’accord avec les périurbains français en gilet jaune roulant en Dacia : ILS N’ONT PAS LE CHOIX, ils aimeraient avoir la possibilité de consommer davantage d’énergie, et ils comptent sur le fait que leurs enfants pourront en faire autant.

Je n’ai pas de réponse sur le sujet - je ne conçois pas un monde dans lequel tout le monde, en partant de niveaux très différents, arrivera volontairement et pacifiquement à un consensus sur une utilisation raisonnée de l’énergie. On ne l’a pas fait jusque là quel que soit le sujet - l’histoire est pleine de guerres pour différentes ressources, et je ne peux pas citer un seul exemple où les gens se sont mis ensemble dans un contexte tendu pour partager les ressources ou diminuer les besoins. Même la construction européenne se fait dans un contexte de croissance et de reconstruction, donc d’utilisation de ressources et d’énergie ; des que la situation se tend un peu, les tensions apparaissent et certains veulent en sortir.

Je suis d’accord que l’idéal serait d’arriver à une régulation des besoins, pacifiquement et volontairement. Mais je n’y crois pas un seul instant. Si cette régulation se fait, ce sera par la force et la violence.
 
Dernière édition:
  • Like
Reactions: Chti73 et Flink

mark13

Membre HybridLife Confirmé
13/12/16
4 828
2 587
690
L'homme est un hédoniste doué de déraison.
Les instincts les plus primitifs, enfouis dans son cerveau reptilien sous-jacent qui le gouvernent à son insu le poussent à une forme ou une autre de prédation ou de dominance pour obtenir la satisfaction de besoins acquis qui ont suplanté progessivement les basiques besoins de se reproduire et d'assurer sa subsistance, sa reproduction et la survie de sa descendance.
Désormais, une fois atteinte la sécurité l'homme a été enseigné ou incité à se faire plaisir et cela de plus en plus au fur et à mesure que les inventeurs et producteurs de technologie lui ont procuré une variété infinie d'objets de plaisirs ou de parade, vagues réminiscences des plumes, colifichets, possessions diverses, territoriales, foncières, précieuses, ou toute autre forme de jouissance.
Comment voulez-vous donc dissuader les plus riches ou les moins éduqués de vivre selon ce modèle de recherche de plaisir dès lors que même le modèle économique le plus répandu vous pousse à désirer, vouloir, rêver, jouir, à tel point que cela constitue désormais le but de membres de sociétés les plus primitives ou des pays les plus pauvres, fussent-ils émergents ?
Le désir d'enrichissement des uns sert d'amorce au besoin de croissance économique et au désir de "mieux vivre" du plus grand nombre . Qui pour l'arrêter?
Ne faudrait-il pas envisager sérieusement de faire une priorité de l'éducation de tous et la rééducation des autres? Ou bien qui déciderait la voie de la coercition?
 
Dernière édition:
  • Like
Reactions: Porcinet et Chti73

Gentleman69

Membre HybridLife Confirmé
3/5/19
88
79
190
Une guerre mondiale nucléaire avec 2 ou 3 milliards de morts et on résout le problème pour un moment.
Cynique certes, mais je crains fort que l'on y arrive et dans pas si longtemps...
 
  • Wow
  • Sad
Reactions: Jax et Chti73

Chti73

Membre HybridLife Confirmé
30/6/18
635
587
690
[...] Par contre, pas sûr que ta proposition soit la plus populaire ...

Pas simple de convaincre une partie des Terriens que leur qualité de vie est déjà excessive par rapport à la moyenne planétaire, et en même temps chercher à faire comprendre aux autres que le modèle qui les fait peut-être rêver n'est qu'un cauchemar en puissance !

Je reste convaincu qu'une autre voie (voire même plein d'autres) est possible, mais ça va exiger des sacrifices, des renoncements pour beaucoup de monde; et je suis sceptique de trouver une majorité pour accepter volontiers efforts et renoncements.

Je ne cache pas que je pense faire partie de ceux qui auront du mal à renoncer (je fais déjà beaucoup d'efforts au quotidien, mais je ne crache pas sur le confort).
 
Dernière édition:

lexusdelta

Membre HybridLife Confirmé
1/3/15
2 403
1 178
690
Interessant debat c'est sur...mais je crains que l'on tombe vite dans une impasse car oui l'homme est un animal déraisonnable ! Je pense depuis longtemps que pour reduire la pollution sur terre il fait reduire la population ( ou plutot bloquer pour un temps au moins son expansion ) mais à par la Chine qui par une loi dictatoriale a plus ou moins reussie à freiner sa croissance démographique ( mais ca augmente quand meme ...) il n'y a que les demographes optimistes pour encore y croire ( sous couvert de développement economique qui automatiquement bloquerait le tout !).
Pour ce qui est de la consommation des ressources je pense que la on peut reellement freiner cela sans avoir un lourd impact negatif mais encore faut-il s'en donner les moyens. Or l'aventure CO2 montre que les seules intentions et actions locales ne font que déplacer le probleme ( L'Europe emet globalement moins de CO2 oui mais le monde non car ce que l'Europe ne consomme plus ce fait ailleurs du coup !).
N'empeche je pense tout de meme que faire des efforts raisonnables est faisable localementn déja et rien que ca si ameliore notre confort de vie ( moindre pollution toxique) est un plus pour quelques années ...
 
  • Like
Reactions: Chti73

Christophe

Membre HybridLife Confirmé
21/6/17
487
439
590
Bon @Chti73 tu crées à l'insu de mon plein gré un fil avec mes bafouilles en intro... Je sais pas si je dois être flatté ou te rappeler que je disais que la question de l'énergie ne devait pas être dissociée de la question de ses usages/ consommation...:woot:

Je vois que la question de l'augmentation de la population mondiale revient souvent.
C'est sûr que partager un gâteau à 15 milliards c'est pas pareil qu'à 9.
Sauf que :
Un habitant de pays riche à partir de "classe moyenne" est beaucoup plus impactant qu'un habitant de pays pauvre.
http://www.amisdelaterre.be/obsolescence_programmee/consequences.html
Le fait de faire beaucoup d'enfants est très lié au fait d'être en insécurité dans son avenir proche (écouter l'interview de Barreau trouvé par @mark13).


Or cette insécurité n'est pas sans lien avec l'exploitation délocalisée des ressources par les habitants des pays riches...

Je me méfie de l'utilisation de la question de la surpopulation. Cet argument peut être mis à profit pour détourner de la question centrale : la consommation de ressources d'un habitant des pays riches, qui sert de "modèle" aux classes moyennes des pays dits émergents (je me mets à manger de la viande à tous les repas etc..., ce qui n'est pas forcément un progrès...). Et il peut mener à une sorte d'eugénisme (un riche vaudrait plus qu'un pauvre selon une sinistre comptabilité).

Il n'y a pas à tortiller, c'est d'abord aux habitants des pays riches de faire des efforts.

Et faire des efforts, ça veut pas dire retourner dans les cavernes... : pour sortir de l'automobile isoler un logement "passoire énergétique" lui permet de diviser par4,5,10 sa conso d'énergie. Et collatéralement elle devient plus confortable et plus saine. Mais pour quoi le faire si l'énergie est pas (très) chère et si on peut louer n'importe quoi grâce à un marché mal régulé ?
 
Dernière édition:

Chti73

Membre HybridLife Confirmé
30/6/18
635
587
690
Bon @Chti73 tu crées à l'insu de mon plein gré un fil avec mes bafouilles en intro... Je sais pas si je dois être flatté ou te rappeler que je disais que la question de l'énergie ne devait pas être dissociée de la question de ses usages/ consommation...:woot:
J'ai fait ce choix "à l'insu de ton plein gré" ET en t'y ayant associé par différents moyens parce que je ne conteste pas du tout les remarques formulées; par contre, je ne les formulerais pas de façon aussi "énergique" et j'en modulerais le contenu.

Aucune flatterie de ma part, ça n'est pas mon genre et tu n'en as pas besoin pour t'exprimer comme bon te semble.

Et, si j'entends bien que la question énergétique ne peut pas être dissociée de celle de la consommation / des "besoins" (que l'on se crée !), il me semblait plus pertinent d'isoler le sujet pour garder celui de "Nucléaire vs ENR" plus lisible et compréhensible.

D'autant que je reste convaincu que celui-ci peut générer des débats bien plus élargis que ceux déjà abordés là-bas ...
 

Chti73

Membre HybridLife Confirmé
30/6/18
635
587
690
Je vois que la question de l'augmentation de la population mondiale revient souvent.
C'est sûr que partager un gâteau à 15 milliards c'est pas pareil qu'à 9.
Sauf que :
Un habitant de pays riche à partir de "classe moyenne" est beaucoup plus impactant qu'un habitant de pays pauvre.
http://www.amisdelaterre.be/obsolescence_programmee/consequences.html
Le fait de faire beaucoup d'enfants est très lié au fait d'être en insécurité dans son avenir proche (écouter l'interview de Barreau trouvé par @mark13).
Au risque d'en faire hurler certains pour ce choix de "référence" (que j'assume pleinement parce qu'il s'agit justement d'une référence "populaire"), je trouve que le dernier film Marvel "Avengers : Endgame" aborde très bien (et de façon illustrative ET choquante) les effets d'une réduction coercitive de la population mondiale, sur la base d'un "arbitrage aléatoire appliqué à 50% de l'ensemble de la population" (sans aucune notion d'eugénisme ou de sélection élitiste).

Conclusion personnelle: pour qu'une réduction démographique soit pertinente (si j'utilise le mot efficace, la notion d'eugénisme reprend ses droits !), il vaudrait mieux qu'elle soit consentie, expliquée et accompagnée sur le long terme pour en limiter les effets pervers:
- Perte de facultés scientifiques, techniques, artistiques, humanistes, religieuses, philosophiques, intellectuelles et d'amour qui risquent de manquer à la population restante.
- Une démarche de ce type, proposée, consentie et appliquée librement pourrait relever d'un nouveau "projet de société" (mais cela pose immédiatement la question de toutes les dérives qu'on peut imaginer pour dévoyer le but initial.

Bref, peut-être vaut-il mieux finalement une "bonne" pandémie mondiale, ou un conflit planétaire ne laissant qu'une portion aléatoire de la planète exploitable pour nous reconstruire une nouvelle civilisation ...

Sur ce thème, le débat est sans fin ...
 

Hortevin

Administrateur HybridLife
Membre du personnel
7/4/14
6 908
5 993
790
32
Fontenay le Fleury
Conclusion personnelle: pour qu'une réduction démographique soit pertinente (si j'utilise le mot efficace, la notion d'eugénisme reprend ses droits !), il vaudrait mieux qu'elle soit consentie, expliquée et accompagnée sur le long terme pour en limiter les effets pervers:
500 ans plus tard après l'application du décret Chti73 :emoticon-0102-bigsmile: :
 
  • Haha
Reactions: Chti73

Porcinet

Membre HybridLife Confirmé
23/8/18
9
17
100
29
Bonjour,

En préambule, je ne me pose pas en tant que donneur de leçon ou grand moralisateur car je suis moi-même dans un mode de vie à l'occidental.

Personnellement, je ne crois absolument pas que la décroissance viendra d'initiatives personnelles ni de quelconques technologies en devenir.
Pour moi, la problématique du message initial est mal posée car je pense que l'heure de l'incitation est un peu dépassée, il faut légiférer et obliger la population à faire un 90° dans les habitudes de consommations.

On est ~7 milliard d'êtres humains sur la planète, et pour notre consommation on tue entre 60 et 140 milliard d'animaux terrestres et 1000 milliard d'animaux marins par an, c'est du délire complet.
Pareil pour l'habitation, la population grandissante incite à étendre l'espace de vie humain au détriment du reste. Et c'est sans compter les 150m² à la campagne avec jardin car "c'est mieux pour les enfants" (exemple de mes parents qui vont faire construire un peu plus de 200m² dans un petit village, ils sont 2 à la retraite...).

En revanche, je ne suis pas spécialement pour des limitations sur la procréation car c'est difficile à contrôler et surtout d'une efficacité moindre (en chine les infanticides sur les filles étaient rampant durant la politique de l'enfant unique). Par contre arrêter l'incitation (Allocation familiale, augmentation des parts pour les impôts, etc...) me paraîtrait une bonne chose.

Ceci étant dit, je ne crois absolument pas que les choses changeront, nous sommes bien trop égoïste et l'effort doit être mondial.
 
  • Like
Reactions: Chti73

Timeo Danaos

Membre HybridLife Confirmé
17/9/18
691
703
690
58
il faut légiférer et obliger la population à faire un 90° dans les habitudes de consommations.
Quand on voit les réactions lorsqu'on augmente les taxes sur le gazole ou le sans plomb de moins de 10 centimes, je ne vois pas trop comment légiférer pour obliger les gens à changer radicalement leur mode de vie...., tout au moins tant qu'on reste en démocratie.
Au contraire, pour ma part je reste convaincu que l'issue n'est pas dans la décroissance, mais bien dans les progrès technologiques. Enfin, pour associer à ma réflexion la question démographique, on sait depuis longtemps que la qualité de vie et la prospérité des sociétés conduit à la stabilisation, voire à la baisse des populations.
L'énergie propre dont l'humanité a besoin pour faire vivre sa population est abondante, surabondante même et inépuisable. La machine thermodynamique et inertielle constituée par la Terre, son atmosphère, ses océans, le Soleil, la Lune, son magma met en oeuvre des quantités d'énergie colossales, et en prélever une infinitésimale partie suffirait largement à procurer à tous les êtres humains de la planète ce que consomment les 10% les plus riches. Il faut seulement se donner les moyens de pouvoir prélever cette énergie.
 
  • Like
Reactions: Chti73

Timeo Danaos

Membre HybridLife Confirmé
17/9/18
691
703
690
58
Nous vivons dans un système cupide par nature et si l'énergie à priori quasi inépuisable mise en avant était du domaine du possible, nul doute que par l'appât du gain, des entreprises auraient déjà fait les investissements nécessaires.
Il y a bel et bien une flopée d'entreprises qui investissent le domaine des énergies renouvelables, mais Rome ne s'est pas fait en un jour... Les éoliennes existent bel et bien, on commence avec les hydroliennes, des expérimentations se font dans de multiples voies, .. il y a longtemps que ces concepts ont passé le stade de la pensée et de la seule théorie..., il y a des centaines d'ingénieurs qui bossent dessus, et préparent les systèmes de demain et après demain.. Même des compagnies pétrolières s'y mettent..
Les effets, c'est par exemple la Suède qui dépasse les 55% d'énergie renouvelable, et même la France qui arrive à près de 20%, alors qu'il y a seulement 15 ans on devait être à moins de 5%.
 
  • Like
Reactions: Chti73

Porcinet

Membre HybridLife Confirmé
23/8/18
9
17
100
29
J'ai supprimé mon post car il reflétait mal ce que j'essayais d'exprimer, je ferais mieux demain !
Vous avez été trop rapide pour moi :)

Edit : Comme promis, je répond à @Timeo Danaos et étoffe un peu ma réponse que le sujet mérite.
Je ne suis que partiellement d'accord, vous pointez à juste titre que ce n'était pas de la théorie pure car certains pays on déjà un fort taux de production d'énergie de source renouvelable et je suis d'accord. Néanmoins, ce que je cherchais à transmettre, c'est que la démocratisation de ce mode de production est très loin d'être en place.
Si vous regardez les statistiques eurostats, vous constaterez que ce sont les EnR géothermique (seulement pour l’Islande) et Hydraulique qui constitue la majeur partie des énergies renouvelables dans la consommation intérieur brut des pays. C'est une forme d'énergie dépendante de la topographie du pays en lui même donc difficilement reproductible partout dans le monde.
Après il y a aussi les biomasses et déchets renouvelables, mais dans cette catégorie il y a le bois et des biocarburant qui, lorsqu'ils sont brulés, émettent des rejets de CO2. Énergie renouvelable n'est pas synonyme de sain pour la planète
Et vous constaterez que la part de l'éolien et du solaire est au ras des pâquerettes en terme de consommation intérieur brut, alors que ce sont les modes de production les plus exportables.
D'ailleurs l'Ademe à publier, en 2017 il me semble, un document qui indique qu'une production 100% EnR en France est possible d'ici à 2050, dans 30 ans... Un peu tard non ?

Quand bien même on y arriverait, la demande énergétique ne cesse de croître donc il faudra toujours plus de panneaux solaires, d'éoliennes, etc... Cela va forcément coincer à un moment, on va s'arrêter uniquement quand on aura recouvert le plancher marin de turbine ? ou l'espace terrestre sera couvert d'une part par l'habitat humain et l'autre par ses moyens de production d'énergie ? Ce n'est pas très sérieux...

Pour moi le débat est bien plus large que le climat, il s'agit de la colonisation rampante de l'humanité sur une planète qui en subit les conséquences au nom du toujours plus et jamais satisfait. Ce n'est que mon avis, mais les habitudes de consommations sont à revoir de fond en comble. Comme vous le pointez justement, en démocratie, c'est le serpent qui se mord la queue car qui voterait pour quelqu'un qui propose des obligations radicales en matière de consommation ? Personne.
 
Dernière édition:
  • Sad
Reactions: Chti73